L'Aqueduc de l'Avre

Le Préfet Haussmann en 1855 fait abandonner le système d'eau potable alimentant Paris. L'ingénieur Belgrand propose alors de capter des eaux souterraines à 150 kms autour de Paris. En 1863, les premières eaux sont captées en Champagne et acheminées par l'aqueduc de la Dhuys et stockées dans le réservoir de Ménilmontant.

En 1874, un second aqueduc est réalisé, les eaux de la région de Sens viennent alimenter le réservoir de Montsouris.

En 1893, les eaux des résurgences de l'Avre à Rueil et Verneuil sont collectées et transportées par l'aqueduc de l'Avre jusqu'au réservoir de Saint Cloud. Cet aqueduc est d'une longueur de 102 kms avec un dénivelé de 40 m permettant la circulation de l'eau par gravité jusqu'à Paris en 36 heures. Cette "canalisation" a nécessité la construction de plusieurs ouvrages d'art, les plus connus dans notre région étant les arches de Revercourt (traversée de la Meuvette), Marigny et de Montreuil (franchissement de la traversée de l'Eure).

En grande partie, cette canalisation a été réalisée en tranchées ouvertes. Les points les plus bas ont nécessité le creusement en souterrain ce qui fut le cas sur la Commune de Dampierre où la profondeur moyenne est de 27 m. De nombreuses petites "cabanes" permettaient l'accès à la conduite. Elles ont été démontées en 1996.


— L'Aqueduc de l'Avre et une "cabane"